marc schildge en/fr

créative transmigration

Marc SCHILDGE

exposition / peinture photographie

/ créative transmigration

Ici sur ce territoire, les vents, la pluie tombèrent ; pas de soleil, mais un léger brouillard gris flottant. Les oeuvres d’art sont partout, à terre ; dans le chahut, sans harmonie.

Dans la matrice de cette exposition : les corps des visiteurs, ont les yeux libres de naviguer sensuellement à l’intérieur de l’espace de la galerie. Le titre de cette manifestation Créative Transmigration peut leur sembler hors sujet, incompréhensible, sans logique, à la vue des oeuvres exposées ; pourtant c’est dans la poésie de cet énoncé que germent l’énergie innovatrice et la tentation d’existence de la jouissance.

Dans cette manifestation à caractère social, culturel : le désordre décoratif des installations se matérialise à travers des sujets, accident d’un ouvrier sur son lieu de travail, le mariage d’une femme Japonaise à deux tètes, (chavirer, renverser) le repas.

On retrouve aussi travers des représentations picturales les sujets : accident de voiture, la filiation mère –fille, son corps de femme tous peints à l’encre de chine sur papier. Les peintures sur toile sont abstraites – primitif avec des lignes libres, des couleurs.

Par les différents thèmes filmés ; mis en séquence, la vidéo a un projet, c’est de nous monter la naissance de la construction d’un rêve en milieu urbain.

Les photographies sont des rapporteurs d’images elles nourrissent les oeuvres ; toutes ont été trafiquées, truquées, maltraitées. Cet ensemble de photos et photocopie accompagne les installations et les peintures. Sa beauté ce trouve dans un unique démultiplié, non naturel et sans réel.

Dans la profondeur de nuit noire, la fumée de la cheminée de l’usine cachait la déesse aux pieds nus. Nue dans la glaise ocre rouge prés de la rivière caressant l’émigrant de son amour infini.