marc schildge en/fr

/ chronologie

Étranges, oniriques, parfois violentes, mais aussi traversées par l’humeur, ces oeuvre cherchent à leur manière à tisser ensembre les fils disparates de la vie et de la mort, du songe et de la réalité. Crânes, chapeaux, figures, vêtements, y sont comme autant d’élements de contes charnels et mystérieux dans lesquels la belle est en même temps l ‘ogre, et dont le décor est une nature voluptuese et inquiétante à la fois. Mais avant toute chose, c’est de peinture qu’il s’agit et d’un travail sur la forme, pense audelà dea catégories de l’abstraction et de la figuration.